« La femme qui allaite doit faire confiance à son corps. La sensation de faim est pour elle un guide précieux et fiable pour évaluer les quantités dont son organisme à besoin, à partir du moment bien sûr où l'alimentation reste équilibrée »
 
témoigne Patrick Serog, notre médecin nutritionniste.

ENVOYER

A :

Votre mail :

Sujet :

Message :

Bien manger pour allaiter

Nourrir son bébé au sein nécessite de l'énergie et du repos. Durant toute cette période, l'alimentation joue un rôle clé pour vous et votre enfant.

Variété et équilibre. Si la femme qui allaite pense à respecter ces deux principes elle préservera sa vitalité et sa bonne santé, tout en fournissant un lait riche et abondant à son bébé. A peu de choses près, l'alimentation est donc identique à celle de la fin de la grossesse, autrement dit beaucoup de protéines, d'acides gras essentiels, de vitamine C et de fer, plus des lipides et des glucides en quantité supérieure à la consommation habituelle.
Vous devrez en revanche augmenter notablement l'apport de calcium, soit l'équivalent d'un litre de lait par jour, pour pouvoir fournir le lait dont votre bébé a besoin. Lait, yaourts, fromages, entremets, le calcium se consomme sous toutes les formes et à volonté durant tout l'allaitement. La vitamine D, indispensable à la formation et à l'entretien de nos os, favorise l'absorption de calcium. Où la trouver ?
Dans certains aliments comme la salade de mâche, les poissons gras ou le foie de veau, à préparer avec de l'huile Isio 4, la première huile contenant de la vitamine D.

A savoir : certaines eaux minérales sont très riches en calcium. Pensez-y pendant vos courses !
L'eau contribue également pour une grande partie à produire votre lait. Il est donc primordial d'en boire en abondance, au moins deux litres quotidiennement. Pour varier les plaisirs, les thés légers, les tisanes, les jus de fruits, les bouillons de légumes ou même le café décaféiné constituent d'autres sources appréciables de liquide. Un bon truc : les tisanes au fenouil, à l'anis ou au cumin favorisent la sécrétion du lait et se dégustent à tous moments du jour...et de la nuit ! Pour ne pas faire l'impasse sur les vitamines et les minéraux, mangez un fruit et des légumes à chaque repas, sans toutefois forcer sur les agrumes qui peuvent avoir un effet laxatif s'ils sont consommés en abondance.

Quid des quantités ?
Selon Patrick Serog, médecin-nutritionniste,

« la femme qui allaite doit faire confiance à son corps. La sensation de faim est pour elle un guide précieux et fiable pour évaluer les quantités dont son organisme à besoin, à partir du moment bien sûr où l'alimentation reste équilibrée ».

Pas question donc d'entamer un régime qui pourrait s'avérer dangereux pour la santé de la mère et de l'enfant. Attendez d'avoir sevré votre bébé avant d'envisager de perdre du poids. Vivez avec plénitude ce moment unique qu'est l'allaitement.
Et pour rester en forme, profitez des siestes de votre bébé pour prendre vous aussi quelques minutes de repos bénéfique !

Les nutriments anti- anémie et anti-stress :

  • fer : viandes rouges, abats, volailles, veau, porc, canard, poissons gras, crustacés, oeufs, fruits secs et légumes à feuilles vertes
  • magnésium : poudre de cacao, germes de blé, amandes, riz complet, haricots blancs
  • acide folique : foie, épinards, salade verte, betterave, artichaut, avocat, endive, orange, banane, fromages à pâte molle, riz, semoule (aliments à consommer de préférence crus ou peu cuits car l'acide folique se détruit à la chaleur)
  • vitamine C : orange, pamplemousse, citron, cassis, kiwi, fraise, papaye, persil, poivron, chou-fleur, épinard, cresson.
Groupe Avril