On dit les Oméga 3 car ce terme regroupe plusieurs molécules d'une même famille. De différentes tailles, avec des fonctions différentes, ces Oméga 3 sont tous importants pour notre organisme. Le point sur une famille riche et complexe !

ENVOYER

A :

Votre mail :

Sujet :

Message :

Les oméga 3, une histoire de famille

Les acides gras sont composés de nombreuses molécules différentes, ayant des rôles importants et spécifiques. Mieux comprendre leur nature permet de mieux comprendre leur caractère essentiel à la vie.

Pour ceux qui souhaitent rentrer dans la complexité des matières grasses, voici une explication de ce que sont ces molécules, parfois indispensables, parfois en excès.

Les lipides sont composés d'atomes de carbone et d'hydrogène
Les graisses animales et végétales sont constituées de lipides et plus particulièrement d'acides gras polyinsaturés (AGPI). Ces molécules se composent d'une chaîne d'atomes de Carbone plus ou moins longue. La chaîne des AGPI présente la particularité de ne pas être saturée : elle peut encore accueillir des atomes d'hydrogène ! En fonction de la quantité d'hydrogène que l'acide gras peut accueillir, on parle d'acide gras (AG) mono ou polyinsaturé. Cette particularité leur confère des propriétés bien spécifiques.

Les oméga, des acides gras insaturés
Les AGPI sont regroupés en différentes familles appelées oméga (w). Le numéro de la famille dépend de la position, sur la chaîne, du premier atome de carbone pouvant accueillir de l'hydrogène. On parle ainsi de la famille des oméga-3 (w3), oméga-6 (w6) ou encore oméga-9 (w9).
Parmi les différents AG appartenant à la famille des w3, l'acide alpha-linolénique se distingue par son caractère original. L'organisme ne sait pas le synthétiser. C'est pourquoi il est qualifié d'essentiel. Ceci est vrai pour l'homme comme pour l'animal. Seule l'alimentation peut l'apporter à l'organisme.

Le DHA, un oméga 3 particulier
À partir l'acide alpha-linolénique, l'organisme est capable de produire d'autres AG plus longs et encore plus insaturés, comme l'EPA ou le DHA. Ces acides gras jouent un rôle très important. Ils sont impliqués dans de nombreux mécanismes comme l'inflammation, la transmission des informations entre les neurones ou encore le débit sanguin. Ils sont en outre l'un des composants majeurs des membranes de nos cellules.
Malheureusement, les enzymes chargées de cette transformation (appelées élongases et désaturases) sont parfois un peu débordées par l'ampleur de la tâche. Ici encore, l'alimentation joue un rôle important et permet d'éviter le risque de déficience.

Groupe Avril