Famille complexe d'acides gras, les oméga 3 jouent notamment un rôle bénéfique pour la santé du système cardio-vasculaire. Pourtant les français, malgré les campagnes d'information restent globalement carencés en oméga 3.

ENVOYER

A :

Votre mail :

Sujet :

Message :

Oméga 3 : les partenaires de notre santé

La vague oméga 3 a déferlé sur la nutrition il y a quelques années déjà. Parés de nombreuses vertus, ils ont naturellement rejoint notre quotidien alimentaire, même si globalement les français n'en consomment pas assez. Mais au fait, les Oméga 3 : qu'est-ce c'est ? Et en a-t-on vraiment besoin ?

Ni nom de code, ni opération marketing d'envergure, les oméga 3 désignent une famille d'acides gras poly-insaturés dont notre organisme ne peut se passer. Découverts par des chercheurs il y a une trentaine d'années, ils font l'objet d'un engouement inédit en France depuis quelques années.Tout le monde sait donc aujourd'hui que les oméga 3 sont bons pour la santé. Mais nous sommes souvent bien en peine de nous rappeler d'où ils viennent et pour quelles raisons ils sont autant indispensables à notre équilibre.

Oméga 3 : qu'est-ce que c'est ? 
Les oméga 3 font partie de la famille des lipides. Ces derniers sont des nutriments qui apportent de l'énergie à notre organisme et participent à la construction cellulaire. En grande majorité, ils sont constitués d'acides gras dont on distingue 3 grandes catégories : les saturés (que l'on trouve dans les graisses d'origine animale comme le beurre, la crème, ...), les mono-insaturés (apportés notamment par les volailles et l'huile d'olive) et les poly-insaturés, dont majoritairement les acides gras essentiels, constitués de deux familles, les oméga 6 et les oméga 3.
Les études publiées récemment démontrent que les oméga 3, principaux composants des membranes de nos cellules, participent au bon fonctionnement du système cardio-vasculaire, du cerveau et des défenses immunitaires. Le corps de l'homme, comme celui de l'animal, n'étant pas capable de les synthétiser, l'alimentation doit suppléer aux besoins quotidiens.

Où les trouver ? 
Les huiles de colza, de noix et de soja, le pourpier, les poissons gras (saumon, maquereau, sardines et hareng) et dans une moindre mesure la mâche en contiennent naturellement beaucoup. Il est désormais également possible d'en consommer via des produits enrichis d'origine animale comme certains laits, oeufs, ou beurre, certaines charcuteries, et des compléments alimentaires.

Les Français carencés en oméga 3
La question que l'on pourrait donc assez logiquement se poser est : je suis manifestement en bonne santé, dois-je tout de même consommer des oméga 3 ? La réponse est oui, et ce quel que soit l'âge. Le Programme National Nutrition-Santé (PNNS) de 2001 a révélé l'importance de ces acides gras essentiels. On a évalué l'apport quotidien nécessaire à 2 grammes environ (soit l'équivalent de deux cuillères à soupe d'huile de colza par exemple). Cette prise de conscience a été d'autant plus forte que l'AFSSA* autorise depuis juillet 2003 la mention « les acides gras oméga 3 participent au bon fonctionnement du système cardio-vasculaire » sur certains produits alimentaires. Un fait suffisamment rare pour être souligné et qui témoigne d'une réalité : les Français ne consomment pas assez d'oméga 3 et il faut les inciter à modifier leurs comportements alimentaires. En effet, selon les enquêtes de consommation alimentaire**, nous ne couvrons que 35 à 40 % de nos besoins journaliers. 
 

*Agence française de sécurité sanitaire des aliments

** Etudes Aquitaine, INCA, SUVIMAX

Groupe Avril